CHRONIQUE DE BEANNAOS

Appel aux armes

Rite de Dynged

Ce soir est jour de fête dans la tribu des Beannaos : le rite de Dynged va être célébré pour trois futurs jeunes hommes ! Parmi eux, Mapartios, jeune homme accueilli en forestage depuis de longue année chez Catuvolcus. Pour l’occasion, c’est un ours qui va être offert en sacrifice.

La populace se réunit donc au pied du Pic aux Corneilles, devant un petit autel de pierre. L’ours est mené tant bien que mal au sacrifice, manquant à plusieurs reprises de faire chuter les guerriers qui tiennent les chaînes. Le druide met fin à sa vie d’un geste précis. Il lui ouvre alors les entrailles, arrache le cœur, et le place dans la marmite où la décoction sacrée est en train de bouillonner.

Il se saisit d’un petit récipient ayant recueillit le sang de l’ours et trace sur le torse des jeunes hommes des symboles mystiques. Tous trois boivent ensuite la décoction et rentrent bien vite en transe(oui parce que Trace, c’est pas à coté).

C’est alors que la terre commence à trembler et qu’un bruit sourd retenti. Soudain, la terre s’ouvre et laisse jaillir une créature gigantesque : une guivre. L’officiant, projeté quelques mètres plus loin, tombe inconscient. La guivre manque d’écraser le pauvre Mapartios qui, dans sa transe, a bien du mal à distinguer réalité et délire.

Cotus (PJ) et Togirix (PJ) s’occupent d’amener le peuple à se mettre à l’abri. Cymyl utilise sa magie et commande aux corneilles de s’en prendre à la Guivre. Agacé par les coups de bec des oiseaux, celle-ci commence à s’agiter de plus en plus. Pendant ce temps-là, Ganaimn part chercher son cheval.

Les ambacts tendent de maitriser la créature sans grand succès. Se saisissant d’une bûche enflammée, Cotus attire l’attention de la créature pour se mettre à courir. La guivre, énervée, le poursuit. Alors que Cotus allait bientôt tomber dans ses crocs, Ganaimn intervient et attire vers lui le monstre. Cavalant à pleine allure, il s’éloigne au plus vite.

Une heure plus tard, la Guivre à cesser toutes poursuites. Le village regagne sa tranquillité. Beaucoup, toutefois, sont perturbés par ces évènements… Pourquoi la guivre s’est autant éloignée de son territoire ? Doit-on y voir un mauvais présage pour la tribu ?

A la recherche de Catovolcus

Une fois le calme retombé, le vergbaudet du village convoque les personnages, inquiet. Catovolcus n’est pas rentré pour le rite de Dynged, alors même que Mapartios, qu’il considère comme son fils adoptif, passait à l’âge adulte ! Catovolcus devait faire une patrouille jusqu’au fortin de Nantos, mais normalement, il aurait dû rentrer pour la cérémonie !

C’est ainsi que le lendemain, à l’aube, les personnages se rendent jusqu’au fortin. Des affaires laissées sur les lieux confirment que Catovolcus et ses hommes sont bien passés par ici. Toutefois, aucune trace d’eux.

Togirix met à jour des traces qui s’éloignent du fortin et montent vers les sommets. Les personnages suivent les traces et, après quelques heures de marche, arrive sur les lieux où une bataille s’est déroulée ! Trois ambacts sont à terre, morts. L’un d’eux n’a même pas eu le temps de dégainer son arme. Visiblement, Catovolcus est venu ici pour faire une offrande au dieu d’une petite source d’eau. Il aura alors fait une mauvaise rencontre…

Faisant appel à une petite marmotte, Cymyl en apprend davantage : des hommes ont pris par surprise les ambacts. Le groupe, deux fois moins nombreux et avec une position désavantagée, a été obligé de prendre la fuite… Togirix et Cotus suivent des traces qui s’éloignent puis décident de prendre de l’avance pour faire un repérage.

Bien mal leur en prend ! Ils tombent alors sur un petit groupe de Goths qui leur tend une embuscade. Forcé au combat, Togirix à bien du mal à tenir tête aux Goth. Cotus a plus de chance : il neutralise un guerrier et blesse assez gravement leur chef.

Rameuter par le bruit de la bataille, Mapartios et Ganaimn prennent alors part à la bataille… Malgré cette appui les Goth ont l’avantage. Les Celtes sont blessées, un à un. Cymyl fait alors appel aux puissances de la nature et provoque un orage. S’avançant vers le champ de bataille, il tente d’intimider l’adversaire. L’action est de bel effet et les Goths se dispersent ! Seul reste leur chef qui, désemparé, attaque brutalement Togirix. Trouvant que le druide a été tellement convaincant, Mapartios et Cotus prennent la fuite également.

Dans sa fuite, les dieux vont être favorables à Mapartios et le mener droit dans une grotte où Catovolcus s’était réfugié. Le noble est malheureusement déjà mort… Une fois calmé, Cotus fait demi-tour et rejoint le groupe…

Les Goth sont dans le bois sacré !

Au lendemain, Mapartios aperçoit depuis son points de vue que la fumée d’un feu de camp s’échappe du bois sacré ! Nul chez les Beannaos n’aurait osé faire un feu de camp dans cette forêt. De retour au village, un conseil des nobles est convoqué d’urgences. Les guerriers organisent la défense et s’apprêtent à traquer les Goth.

Les personnages sont chargés, appuyés par des ambacts, de se débarrasser de ceux qui ont établis domicile dans les bois sacré. Cotus et Cymyl prennent les devants et font appel aux Korrigans. Le petit peuple, pressé de chasser ses étrangers de leurs terres, accepte d’aider les Celtes.

S’en suit un combat dans le bois sacré, devant un tertre datant d’un autre âge. L’assaut, mené par Mapartios et Ganaimn, et rapide, et les Celtes prennent bien vite le dessus. Les Korrigans entrent alors en action à leurs tours… Les Goths accusent le coup. Togirix décoche une flèche d’une précision exemplaire dans le chef des Goths, pourtant à l’abri derrière la mêlée. Cotus, passant par-dessus le tertre, saute sur le chef et l’achève ! C’est la débâcle, les Goths fuient en tous sens, achevés par les guerriers Korrigans.

Conséquence

Catovolcus n’avait pas d’héritier. Il a toutefois été décidé de transmettre son héritage à Mapartios qui acquiert officiellement son statut d’homme et de noble. La surveillance du territoire va être renforcée : l’expédition Goth ne pouvait être qu’une avant-garde…

Comments

lionel_zuber lionel_zuber

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.